Jean-Guy SOUMY, né le 1er juin 1952 à Guéret dans la Creuse, est un écrivain français auteur d’une vingtaine de romans, marié et père de deux filles. Après des études secondaires au lycée de Guéret, il a suivi des études de physique et de mathématiques à l'Université de Limoges. Il enseigne les mathématiques depuis 1976. Il est devenu professeur d'école normale en 1981, et depuis 1992 il enseigne à l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres du Limousin.

LE CONGRÈS
Versailles, 1685. En ces temps peu cléments pour les libertés de culte, Guillaume Vallade n’avait rien à craindre de l’Église. Héritier d’un bâtisseur du Roi, élevé dans la religion catholique, le jeune homme bafoue pourtant l’opinion publique en s’unissant à Jehane, protestante repentie.
Bientôt la rumeur d’une vieille blessure à l’aine, couplée à d’obscures manœuvres courtisanes, précipitent le couple aux bancs du tribunal ecclésiastique. Accusé d’impuissance et sommé d’honorer sa femme devant ses juges, Vallade laissera bien davantage que son honneur sur le lit du sinistre Congrès…



Compte-rendu de la soirée, par Bernar Augier

Une chaleur estivale règne dans la cour de la maison des associations pour ce nouvel opus du « Barbecue littéraire » version 2017. Monique BARRIERE et André GARDIES en sont les organisateurs et l’invité du jour est Jean-Guy SOUMY, auteur à succès, né à Guéret dans la Creuse. Il étudie la physique et les mathématiques à l’université de Limoges. Actuellement, il est professeur de mathématiques à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres à Limoges. Il vit près de Bourganeuf dans la Creuse.

David ARNAL annonce la soirée au public, et André GARDIES présente l’auteur et de son œuvre : chaque roman repose sur un sujet singulier, toujours original. L’écriture, classique et en même temps décalée, est surprenante.
Le roman en discussion ce soir est « Le congrès ».

Trois intervenants ont lu un passage chacun de l’ouvrage en question.

Elisabeth : Le loup, c’est un début qui va faire poser des questions. Nous entrons dans le texte sous forme de questionnement.
Michel : Père pourquoi m’avez-vous abandonné ?
Monique : Jeanne montre une grande force de caractère.

A son tour, l’auteur prend la parole pour à la fois abonder dans le sens des lecteurs "Vous avez saisi le sens scabreux du sujet", et pour expliciter son roman. Le sujet n’aurait aucun intérêt s’il avait été inventé, il s’appuie sur des faits réels. Ce sont des personnages de pure fiction dans un cadre historique.
Puis pour répondre aux questions de l’assistance : l’artisan est sûr de terminer son œuvre, l’artiste (en l’occurrence l’écrivain) ne l’est pas. Ecrire, c’est une façon d’être, de vivre, c’est à la fois être très fort, mais c’est l’acceptation d’une infinie faiblesse.

Après cet intéressant et instructif échange et une séance de dédicaces, l’heure a sonné de passer à table. Après l’apéro, les salades préparées par Monique et Viviane, puis les grillades cuisinées par Alain et Yvon, et le dessert, régalent les convives.
Merci à monsieur le maire et aux élus municipaux pour leur présence.

Bernard AUGIER