LA GUERRE DES BOUTONS - La Petite vendeuse de soleil

LA POINTE COURTE

La Guerre des boutons est une comédie française d'Yves Robert sur son scénario en collaboration avec François Boyer d'après le roman éponyme La Guerre des boutons de l'écrivain franc-comtois Louis Pergaud, publié en 1912, avec André Treton, Michel Isella, Martin Lartigue dans le rôle du Petit Gibus ainsi que Jean Richard et Michel Galabru. Ce film est sorti en 1962.

C'est la deuxième des cinq adaptations cinématographiques à ce jour du roman. Le film a obtenu le prix Jean-Vigo et la Victoire du cinéma français.

Synopsis :
Deux villages, Longeverne et Velrans, sont en guerre. C'est la guerre que mènent chaque année les écoliers des deux communes. Quand la troupe de Longeverne commandée par le grand Lebrac fait un prisonnier, on soustrait à ce dernier tous ses boutons. Cette méthode remporte un franc succès, à tel point que les troupes, pour éviter cette extrême humiliation, se mettent à combattre nues.
 


Commentaires d’Yves ROBERT :
« J'ai gardé en mémoire le bruit des galoches cloutées qui résonnaient sur le chemin gelé d'école. J'ai fait mes humanités à la communale. Les bandes et les bagarres, je connais. La lutte des classes, la lutte pour la différence, la lutte pour une vieille et sombre histoire du passé. Il y a toujours eu ça, et il y a encore ça, pas seulement de village en village, mais de trottoir à trottoir... J'ai bien peur qu'aujourd'hui, dans certaines banlieues, la guerre des boutons soit plus violente. C'est peut-être là la vraie différence. Avec l'auteur de ce chef d'œuvre sur l'enfance, Louis Pergaud, je me sens chez moi, je suis un des enfants de cette guerre et je crois bien que tout le monde s'y retrouve en voyant le film. Pour La Guerre des boutons, c'est la République des enfants... »


 
Dans la série des films « d’ici et d’ailleurs », « Les Amis de Bernis » et l'Association Culturelle Bernissoise ont proposé aux Bernissois, cinéphiles ou pas, la projection d'un film des années 50 « la pointe courte », film d'atmosphère qui se situe à Sète.

 François Bourdiaux, président de A.C.B. a salué  la soixantaine de spectateurs présents, avant de passer la parole au nouveau président des Amis de Bernis, David Arnal, qui a présenté le film.

Agnès Varda, réalisatrice, fait évoluer Philippe Noiret et Sylvia Monfort, comédiens débutants, dans le milieu des pêcheurs avec déjà les problèmes de salubrité de l'eau et les difficultés d'une classe de travailleurs défavorisés.
Un homme revient passer quelques jours de vacances dans son pays natal, "la pointe courte", un quartier de Sète. Il est rejoint par sa compagne, mais le couple se délite.
Au hasard de ses errances, face à ses incertitudes et au rythme des évênements quotidiens de la vie du village, à la fois rude , tragique et festive, le couple va se régénérer.