Tripot 2017

"Les figures légendaires du midi chez Pagnol"
par Guy Chapouillié, fondateur et ancien directeur de l"Ecole Supérieure d'Audiovisuel de Toulouse, spécialiste du cinéma de Pagnol
Vendredi17 novembre 2017

Guy Chapouillié.jpg
Marcel_Pagnol_1931.jpg

En 1929, Marcel Pagnol qui vient d’accéder à la notoriété avec sa pièce de théâtre « Marius », assiste à Londres à la projection d’un des premiers films parlants. Il en sort bouleversé et décide de se consacrer au cinéma parlant.
En 1934, il fonde à Marseille sa propre société de production et achète, dans les collines au-dessus du village de La Treille où, enfant, il passait ses vacances, un domaine de vingt-quatre hectares dans l’idée d’en faire un « Hollywood provençal » et où il tourne désormais ses films. Son premier film en tant que réalisateur est Le gendre de Monsieur Poirier en 1933, suivi d’une longue série de portraits : Jofroi en 1933, Angèle en 1934, Merlusse et Cigalon en 1935, César en 1936, La femme du boulanger en 1938, etc… il fait jouer les plus grands acteurs français de l’époque Raimu, Pierre Fresnay, Fernandel.
Pagnol disait lui-même : Si j’avais été peintre, je n’aurais fait que des portraits. Peintre de la nature humaine, précurseur du portrait psychologique et de la valorisation de la culture régionale et provençale, il a légué à la postérité une série de portraits vivants des personnages de son enfance que Guy Chapouillié nous a fait redécouvrir lors de ce tripot.

DSC_0060.JPG
DSC_0069.JPG
DSC_0070.JPG
DSC02540.jpg
IMG_1772.JPG
IMG_1773.JPG
DSC02557.jpg
DSC02556.jpg
DSC02558.jpg
DSC02560.jpg
DSC02561.jpg
DSC02562.jpg
DSC02552 _2_.jpg
DSC02553 _2_.jpg
DSC_0076.JPG
DSC_0088.JPG

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.