Tripot 2014

Caricatures et dessins de presse
Présentés par Fabrice ERRE, dessinateur scénariste
3 novembre 2014

C’est encore une bonne cuvée du Tripot, pour sa 12ème édition et dans l’année du 25ème anniversaire de notre association, qui s’est tenue dans la nouvelle salle municipale.
David ARNAL présente la soirée au public. Le thème est la presse satirique, plus précisément les caricatures et dessins de presse et c’est Fabrice ERRE qui intervient. Il est professeur de lycée en histoire et géographie, possesseur d’une agrégation et d’un doctorat d’histoire avec la présentation d’une thèse sur la presse satirique au 19ème siècle. Il est aussi auteur de bandes dessinées chez DARGAUD et FLUIDE GLACIAL, et anime un blog pour le journal LE MONDE.
André GARDIES présente à son tour les détails de la soirée, et nous notons la présence de notre maire Théos GRANCHI, du 1er adjoint Jean-Paul KLEIN, et de Mme Marie-Laurence VAXELLAIRE.
C’est Fabrice ERRE qui à l’aide d’un diaporama entre dans le vif du sujet. La caricature sous forme d’images voit le jour après le Révolution, avec la liberté de la presse. La première parution est un périodique de petit format LES ACTES DES APÔTRES. Pendant la Restauration, un journal libéral LE NAIN JAUNE  apparaît, le dessin en couleur va appuyer le texte et le renforcer, il attaque surtout les BOURBONS.
En 1830, BALZAC et le dessinateur PHILIPON (fondateur du CHARIVARI) dans LA SILHOUETTE, font de la caricature (visage de Louis PHILIPPE en forme de poire.)
Sous le second Empire, la censure est rétablie, le journal LA LUNE est interdit, mais vite relancé sous le nom de L’ECLIPSE.

A la fin du XIXème siècle, d’autres parutions comme L’ASSIETTE AU BEURRE, LE RIRE, proposent des images satiriques à la une.
En 1915, c’est le premier numéro du CANARD ENCHAINE, viennent ensuite CHARLIE HEBDO et des petits dessins dans le quotidien LE MONDE. La caricature sort de la presse papier pour entrer à la télévision .C’est l’apparition du BEBETE SHOW, suivi par les GUIGNOLS DE L’INFO.
L’heure est venue de prendre le repas dont Monique BARRIERE nous présente le menu co-préparé avec Viviane, il s’agit d’un cassoulet maison.
Le dialogue s’instaure sous forme de questions à l’auteur et elles seront nombreuses et pertinentes. Elles portent sur la censure, ce n’est pas la caricature en elle-même qui est dangereuse, mais ce qu’elle est susceptible de produire dans les actes, par exemple MAHOMET.
La caricature est liée à l’actualité, elle touche tout le monde et l’on peut dire qu’elle est à l’origine de la Bande Dessinée.
En fin de soirée, Fabrice ERRE dédicace sa dernière BD « UNE ANNEE AU LYCEE », il s’agit en fait d’un peu plus que d’une simple signature, puisqu’il l’enjolive d’un dessin personnalisé.
On peut dire que tout le monde s’est retiré satisfait de cette soirée très instructive, par le sujet traité et la compétence de l’intervenant.
                                                                    Bernard AUGIER