Expositions 2016

Exposition de peinture de Jean MARIGNAN

Du mardi 19  au dimanche 24 juillet 2016

 En préambule à la fête votive du village, notre association a organisé ce mardi 19 juillet une exposition avec les peintures de Jean MARIGNAN. C’est un artiste qui est très connu à Bernis, où il a vécu son enfance après une naissance à Milhaud. Jean est un autodidacte qui peint ce qu’il voit, surtout la Camargue, les taureaux, les chevaux ainsi que des arlésiennes. Il nous dit : « La Camargue, c’est un paysage unique, cela m’inspire, surtout en hiver, il faut juste prendre le temps de la regarder. »

C’est donc ce mardi, le vernissage de l’exposition qui d’après le peintre sera sa dernière, l’avenir nous le dira. David ARNAL présente au public, venu en nombre, l’artiste et son œuvre. Théos GRANCHI, maire de Bernis salue à son tour le personnage « un enfant de Bernis » qu’il sera toujours pour nous.

Jean MARIGNAN remercie les participants et fait brièvement un retour sur sa carrière, il nous indique qu’il a peint de mémoire deux tableaux, qui sont exposés, « Le montreur d’ours » et « L’haltérophile ». Ce sont des souvenirs d’enfance. C’est avec émotion qu’il reçoit des mains du maire, la médaille du village.

Un apéritif est offert aux participants en prologue du repas qui va être servi sous le couvert des arbres de la cour des associations. Par cette soirée estivale, un menu créole est proposé aux quelques quatre-vingt convives qui se sont régalés. Les danses se sont enchaînées faisant virevolter danseuses et danseurs au gré de la musique.


Bernard AUGIER

"Haïti, un art de Liberté"

Exposition-vente organisée par L'Association pour la promotion des Arts du Monde

Du 7 au 9 avril 2016

    Depuis 27 ans l’APAM, Association Pour la Promotion des Arts du Monde, poursuit sa mission humanitaire. Son parti pris est de mettre en évidence la face la moins connue et pourtant la plus riche du pays d’Haïti : l’Art et la Culture.
Rendre à ce peuple ce qui n’appartient qu’à lui : son originale créativité.
L’image négative de ce pays, due à un excès de médiatisation lors des catastrophes qui l’ont hélas cruellement accablé doit être corrigé. La succession des dictatures sanglantes (des Duvalier et d’Aristide) paradoxe dans un pays qui fut la première République noire ont dévasté le peuple en lutte constante contre épidémies, cyclones, terrible séisme de 2010dont il ne s’est pas encore relevé.
Autrefois « Perles des Antilles », aujourd’hui pauvre parmi les plus pauvres, son dénuement est extrême.


Or, en dépit de cet acharnement du sort, ce peuple meurtri par les catastrophes naturelles, exploité par les riches, menacé par des bandes armées, abandonné à sa misère par un gouvernement corrompu, ce peuple relève la tête avec courage et dignité.

Il poursuit avec une constante et courageuse énergie et dans l’excellence, la création artistique soutenue par un imaginaire foisonnant.
Rien n’a altéré ni aboli ce sens créatif toujours en éveil ancré au plus profond de l’âme haïtienne et qui l’aide dans l’adversité.
Art de liberté, sursaut de vie, souffle libérateur, évasion, rêve d’un paradis peut-être pas perdu.
Si elle n’est pas aussi éblouissante et répandue que la peinture elle a aussi ses grands et petits maîtres. Sculpture sur bois, sur pierre et surtout, la plus originale sur fer, art spécifique à Croix des Bouquets.
Les sculptures sont réalisées à partir de bidons de fuel cylindriques très vieux, cabossés et rouillés. C’est du matériau de récupération. Aplanis, découpés, ciselés avec des outils très rudimentaires et à la main ils deviennent arbres de vie, sirènes, rares, objets de culte. Serge Jolimeau, Gabriel Bienaimé en sont les maîtres.
Enfin Haïti peut s’honorer de son intelligentsia, de ses écrivains :
Dany Laferrière, Académicien Yannick Lahens, Prix Goncourt René Depestre ont obtenu des prix littéraires prestigieux.

    Depuis 27 ans, fidèles à notre projet initial « De l’œuvre d’art à l’œuvre humanitaire » nous revenons chaque année en Haïti pour voir les écoles que nous aidons, rencontrer les équipes pédagogiques et faire provision de toiles que nous vendons à raison de 20 à 25 expositions par an dans toute la France, c qui nous permet d’aider plusieurs institutions :

Le Lycée Alcibiade Pommayrac à Jacmel, L’école/collège Saint Alphonse dans le bidonville de la Cité Soleil à Port-au-Prince. Depuis un an et en remplacement du Foyer Alice Garoute -foyer de jeunes filles disparu après le séisme - une école primaire de la Fédération Protestante d’Haïti située à Delmas dans un quartier très pauvre. Nous attribuons cinq bourses aux meilleurs élèves d’A. Pommayrac pour une poursuite d’études à l’École Supérieure d’Informatique d’Haïti.
Nous aidons ainsi environ 2000 enfants et nous avons apporté 40 000 € en Haïti sans parler des achats d’œuvres d’art qui aident les artistes.

Nous avons foi en la culture de ce pays qui aura raison de ses vicissitudes, foi en son courage, en ce sursaut de vitalité qui se manifeste après chaque épreuve.

 Annie Julien