Conférence : Alexandre DUCROS  présentée par Pierre BOURDELON
le vendredi 29 novembre 2019


Alexandre Ducros bohême, saltimbanque,
souffleur, comédien, chanteur lyrique, improvisateur.

 
       Alexandre Ducros est né à Nîmes le 27 mars 1830 d'Eugène Ducros et Marie Marignan du village d'Aubord.
  Quelques  temps après sa naissance ses parents viennent  habiter à Bernis pour y diriger la ferme d'un riche propriétaire.  Les archives locales sont muettes sur la présence de la famille d'A. Ducros à Bernis, et seule la délibération du 20 août 1905 baptisant de son nom  le boulevard compris entre  le temple et le pont de la boulonne confirme sa petite enfance bernissoise qu'il rappellera plus tard dans le poème "La ferme de Bernis».
       De retour à Nîmes vers l'année 1835, Alexandre Ducros, d'un caractère doux et contemplatif, connaît une enfance heureuse dans une famille protestante.  Peu intéressé par la scolarité il quitte l'école à quinze ans pour être tour à tour apprenti menuisier, livreur de lait, marchand de  légumes avant de s'engager comme élève tambour.
       Rendu à la vie civile sans emploi, sans grande instruction, A. Ducros griffonne ses premiers poèmes, mais sans argent,  il décide de  quitter Nimes et entame ainsi, un baluchon sur le dos, une vie de bohême. Sur la route la chance le conduit à rencontrer une troupe de comédien ambulant qui va l'engager comme souffleur, puis comme comédien au Vigan.
      Sa vie de comédien ambulant va l'amener par la suite à travers tout le sud de la France ou il sera engagé comme chanteur lyrique puis  en Algérie où il va mener une vie de saltimbanque. Mais c'est dans la ville de Sète qu'il va découvrir  son véritable talent, celui d'improvisateur qui va le conduire à être invité dans les  salons littéraires parisiens ou il va rencontrer le monde artistique, littéraire et politique.
     Revenu à Nimes dans les années 1879/1882, sans argent  la municipalité va lui offrir un emploi de bibliothécaire puis d'archiviste. Retrouvant ses vielles amitiés il exerce alors son talent d'improvisateur dans de très nombreuses manifestations locales. . En 1902, il  devient membre puis président  de l'académie de Nîmes. 
       C'est au cours de cette vie nîmoise que la plus part de ses poèmes seront édités  dans de beaux petits recueils  "Fleurs d'Asphalte" (souvenirs parisiens), "Les caresses d'Antan" ( poèmes dédies à l'Amour et aux jeunes filles et femmes de France"), "Les Étrivières" (poésies satiriques sur l'Empire et Napoléon III) "Poésies Nouvelles" (Recueil regroupant rimes de jeunesse et d'âge mûr).
  Marié à une actrice, Adèle Flore Morel, A Ducros n'aura pas de descendance. Il restera cependant très attaché à sa famille à sa mère dont il en rappellera le nom en signant tous ses livres d'un pseudonyme "Marignan d'Aubord".
  Aux environs de 1902, la maladie va surprendre A. Ducros alors qu'il envisageait de publier "Les Africaines" souvenirs de son séjour en Algérie. Non pratiquant, très croyant, disciple des doctrines spiritualistes " Il voyait dans sa tombe le berceau d'une vie " disait-il. 
       A. Ducros s'éteint le 9 décembre 1906 à l'âge de 76 ans à la rue Sainte Léonce (rue qui porte son nom de nos jours)
   Il repose aujourd'hui au cimetière protestant de la route d'Alès.

Bon de souscription du livret
 
 
"Alexandre Ducros, une enfance Bernissoise"
 

Date limite 15 mars 2020
 
    A la suite de la conférence sur Alexandre Ducros, Les Amis de Bernis envisagent de faire éditer son contenu dans  un fascicule de 40 pages (A5).
                           Les personnes désirant acquérir cette  publication peuvent en faire la demande accompagnée d'un chèque de 7€  auprès d'un des membres du bureau de l'association aux adresses suivantes :
 
Mme Barrière Monique 4 Route de Nîmes Bernis 30620
barriere684@orange.fr  -  tel. 06 26 02 81 99
M Bourdelon Pierre 15 rue du mûrier Bernis 30620
p2bourdelon@gmail.com ou tel. 06 41 37 05 61
 

 
   La publication sera expédiée dans la deuxième quinzaine du mois de mars.